24 / 06 / 2011

« Primaires à gauche » : on a testé le premier newsgame français

  • Linkedin
« Primaires à gauche » : on a testé le premier newsgame français

Nous vous en parlions récemment : à quoi ressemble un jeu vidéo d’information produit par un grand média français ?

Réponse avec la sortie, ce vendredi 24 juin, de « Primaires à Gauche », le jeu d’information de LeMonde.fr.

> « Primaires à gauche », c’est quoi ?

« Primaires à Gauche » propose d’incarner un candidat aux primaires du Parti Socialiste et de le conduire jusqu’à la victoire. C’est le premier jeu d’info sérieux en France, un « newsgame », développé par un média, LeMonde.fr, avec KTM Advance et l’école de journalisme de Lille.

Un newsgame est donc un jeu vidéo d’information : c’est une tentative de croisement entre le journalisme et le jeu, qui mixe ludisme et sérieux avec une intention et un message. En clair, un newsgame essaie d’informer par le jeu vidéo.

Il ambitionne de faire comprendre certaines règles du jeu politique et la dynamique d’une campagne, en engageant le joueur dans des duels avec des ennemis politiques pour faire augmenter les intentions de vote à son égard.

Attention pour autant, le jeu n’a pas « l’intention de refléter la réalité dans toute sa complexité, ni de prévoir les résultats de cette échéance » .

> On a testé pour vous

Le jeu commence par le choix d’un candidat, aux traits caricaturés – au style animalier dans la tradition des « éléphants du PS » – mais facilement reconnaissables et dont seul un suffixe a été ajouté à leurs noms. On se retrouve ainsi à incarner Martine Aubraïe.

Chaque candidat dispose d’un « poids politique », prédéterminé par les journalistes en fonction « de la réalité », des sondages et de leur poids médiatique supposé. Plus il est élevé, plus la portée des arguments du candidat auprès des électeurs sera grande : à ce petit jeu, c’est François Hollov qui gagne aux côtés de Martine Aubraïe et devant Ségolène Royic.

Chaque candidat dispose également de deux caractéristiques principales, elles aussi prédéterminées, qui peuvent aller de la force de leurs idées, à leur capacité « à passer dans les médias », à mobiliser sur le terrain des militants ou à négocier des alliances au sein du parti. Nous nous retrouvons ainsi plutôt à l’aise sur le terrain; dans le rassemblement du parti et dans les alliances

Nos principales orientations ? L’héritage, « faire référence au parti et à son histoire », la société et l’économie. 

Nous arrivons alors dans une arène dans laquelle il faut faire augmenter les intentions de vote, en gagnant des débats, en mobilisant des militants ou en réagissant à l’actualité.

Vous devez décider des thématiques – économie, société, international, écologie… –  à aborder et placer vos fidèles dans des débats face aux adversaires : lorsque que vous gagnez, les intentions de vote à votre égard augmentent.

Premières impressions : cela va assez – voire trop – vite et il est parfois difficile de rester cohérent dans ses choix de débat ou de suivre les thématiques. Heureusement le bouton pause est là pour compenser. Le jeu est riche, les propositions et les choix sont nombreux, tout en restant assez clairs.

Nous nous en sommes plutôt pas mal sortis, la preuve ci-dessous avec notre victoire dès le premier essai…

Chaque campagne du « newsgame » dure environ trente minutes, et il est également possible de la mener dans deux niveaux de difficulté différents.

Au delà du jeu en lui-même, la réflexion proposée sur ce qu’est le journalisme et comment le jeu vidéo peut l’aider, est à souligner. Et c’est ce qu’expliquent Florent Maurin et Nabil Wakim sur le blog dédié au jeu :

« Evidemment, Primaires à Gauche n’est pas une simulation réaliste, et n’a pas pour but de rendre compte de la réalité dans toute sa complexité, comme le feraient un documentaire ou un libre sur le sujet.

Pas question non plus de prétendre remplacer les formes de journalisme classiques (articles, vidéos, sons…) par le jeu. Le défi, sur ce projet, était d’essayer une autre approche, de construire un système entier, une représentation cohérente quoique simplifiée de la réalité. »

> Pour aller plus loin :