08 / 11 / 2016
#Wired

Un robot fumeur pour aider la recherche sur les maladies pulmonaires

  • Linkedin
Pour développer les recherches sur les maladies pulmonaires, des chercheurs américains ont mis au point un "robot fumeur". Explications avec Wired.

Pour mieux comprendre l’influence du tabagisme sur les poumons, de la toux grasse aux infections, des chercheurs de l’Institut Wyss de l’Université de Harvard ont conçu un robot fumeur, rapporte Wired.

Ce dispositif automatisé possède un chargeur de douze cigarettes, que les scientifiques règlent au niveau de l’intensité et de la fréquence de consommation des cigarettes. La fumée transmise se rend jusqu’à un poumon reproduit sur une puce transparente, contenant d’un côté des cellules vivantes d’une personne en bonne santé, et de l’autre celles d’un patient atteint d’une maladie pulmonaire.

Parmi les premières observations de cette expérience, les chercheurs remarquent que la fumée de cigarette interfère, pour les patients atteints de broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO), sur les mouvements des cils au niveau du nettoyage des cellules. « C’est certainement la raison pour laquelle les fumeurs ont une toux grasse avec des mucus », explique Donald Ingber, l’un des créateurs de ce robot et directeur de l’Institut Wyss.

Plus humains que les tests sur les animaux, mais aussi plus précis, puisqu’ils se basent sur des cellules humaines, ce nouveau-venu dans la famille des robots médicaux pourrait également servir à analyser le développement d’autres maladies comme le cancer du poumon.

Pour avoir plus d’informations, c’est par ici.